Piscine enterrée, semi-enterrée ou hors-sol, que choisir ?

Piscine enterrée, semi-enterrée ou hors-sol, que choisir ?

18/09/2019 0 Par piscine

L’été approche et vous rêvez d’après-midi ensoleillés passés à bronzer au bord de la piscine ? Ou bien c’est l’hiver et vous aimeriez en profiter pour attaquer la piscine familiale ? Alors allez vite enfiler vos tenues de bain ! Voici un récapitulatif de tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans l’acquisition ou la construction de cet espace bien-être. Quel modèle choisir ? Cela peut vite devenir un véritable imbroglio si vous ne vous organisez pas un minimum.

La piscine hors-sol, le choix de l’économie

Avec des modèles discount qui commencent autour de 200 euros, c’est l’option la moins chère, alors si vous avez un petit budget, lisez attentivement ce qui suit. Piscine ronde, hexagonale, octogonale, rectangulaire, ovale, il existe de multiples formats de bassins hors-sol et vous n’aurez que l’embarras du choix. De la petite pataugeoire à l’espace aquatique en ossature bois, les modèles hors-sol se rangent en trois catégories. N’hésitez pas à consulter un comparatif en ligne avant d’arrêter votre choix.

  • La piscine gonflable : Entièrement gonflable, c’est le modèle le plus basique et le plus simple à installer. Du petit bassin ludique pour enfant à la piscine grande taille qui peut accueillir toute la famille, il suffit de quelques coups de gonfleur et le tour est joué. A vous les vacances scolaires inoubliables !
  • La piscine autoportée : Elle ressemble à un atoll tahitien avec sa grande bouée qui maintient toute la structure. Gonflez simplement le boudin qui la ceinture, puis remplissez d’eau. La bouée s’élèvera peu à peu en même temps que le niveau de l’eau. Les piscines autoportantes en PVC sont plus résistantes que les modèles gonflables.
  • La piscine rigide : Sa structure est formée de grands panneaux rigides, en bois ou en PVC, entre autres, et qui forment une résistance très solide. Ils sont recouverts de liner à l’intérieur, afin d’assurer une parfaite étanchéité. Particulièrement esthétiques, les nombreux modèles en bois s’intègrent toujours très bien dans le paysage. Vous pouvez aussi opter pour une piscine tubulaire, moins chère à l’achat mais moins élégante. Il s’agit de grands tubes en acier qui soutiennent le bassin fait en toile PVC.

Les avantages du bassin gonflable ou rigide

La piscine hors-sol est facile à installer et vous pouvez même la démonter pour l’hiver. Elle ne nécessite aucuns travaux et vous pouvez l’installer vous-même, sans effectuer de terrassement. C’est une solution économique pour passer de bons moments rafraîchissants à moindre frais. Vous trouverez des modèles de toutes les tailles : elle est facile à intégrer dans un petit jardin. C’est un bassin confortable, idéal pour les enfants.

Les inconvénients du hors-sol

Ce type de piscine n’est pas très solide, surtout les bassins gonflables qui peuvent facilement s’abîmer lorsqu’ils reçoivent des coups de pied. L’étanchéité finit toujours par diminuer au fil des années. Évitez aussi de la démonter trop souvent pour ne pas user trop vite les différents éléments. L’idéal est de la laisser en place même en hiver, tout en la protégeant avec des bâches. Vous devez aussi préparer le terrain avant d’installer votre piscine, qu’elle soit gonflable ou rigide. Privilégiez un sol parfaitement plat afin d’augmenter considérablement sa durabilité et n’hésitez pas à placer une bâche un peu épaisse sous la piscine, afin de l’isoler du sol au maximum. Sa structure restera ainsi parfaitement stable et durera plus longtemps. Pour les piscines rigides, l’idéal est de couler une chape de béton armé, mais ce n’est pas très esthétique dans un jardin. Vous constaterez aussi que le choix reste plutôt restreint au niveau du volume d’eau. Ce n’est pas une piscine dans laquelle vous pourrez plonger et nager.

La piscine semi-enterrée, le choix du compromis

La piscine semi-enterrée en bois rencontre actuellement beaucoup de succès. Le bassin se fond naturellement dans le paysage comme dans un écrin de verdure. Ce modèle hybride se trouve à mi-chemin entre la structure modulable de la piscine gonflable et l’esthétique de la piscine enterrée.

Prévoyez un budget compris entre1 500 euros pour les kits en acier et 12 000 euros pour les bois exotiques.

Commencez par choisir le matériau

La piscine à coque en polyester a le gros avantage d’arriver chez vous toute prête. Vous aurez au préalable préparé l’emplacement et l’installation de votre piscine ne prendra tout au plus qu’une journée. Si vous optez pour une piscine en béton, vous choisissez la robustesse et la durabilité. Vous devrez cependant réaliser de gros travaux pour la construire et un fond de piscine en béton n’est pas toujours très agréable sous les pieds. La piscine en acier offre également une excellente résistance dans le temps, mais elle n’est pas très esthétique. C’est pourquoi la partie visible du bassin est généralement recouverte de bois. Le bois composite reste en effet le matériau le plus courant et le plus apprécié. Vous pouvez inclure votre piscine dans le prolongement de votre terrasse en bois ou l’orner d’une belle margelle en lamelles de pin sylvestre. Cette installation apportera un cachet certain à votre maison.

Les avantages d’une piscine semi-enterrée

Comparée à une piscine enterrée, la semi-enterrée possède de hauts rebords qui la rendent beaucoup plus sécurisante. Même s’il faut de toute façon toujours équiper votre piscine d’une protection contre les chutes, les petits ne risquent pas de tomber dedans. Votre piscine semi-enterrée en bois ou en coque polyester nécessite également moins de travaux de terrassement que pour un bassin enterré. Vous pourrez également choisir la profondeur et les dimensions de celle-ci, sauf si vous choisissez une coque.

Les inconvénients de ce type de bassin extérieur

Si vous avez opté pour une structure en bois, sachez que c’est un matériau qui s’entretient et qui finit toujours par vieillir au bout de plusieurs décennies, voire de plusieurs années. N’oubliez pas de poncer puis de lasurer au printemps. La semi-enterrée demande également plus d’entretien qu’une piscine hors-sol car elle n’est pas démontable et nécessite une bonne préparation avant l’hivernage. Vous devrez aussi réaliser des travaux de maçonnerie avant, moins lourds que pour une piscine enterrée certes, mais cependant conséquents.

La piscine enterrée, le choix du roi

C’est le modèle de piscine qui fait vraiment rêver. On a tous en tête ce décor de carte postale, une immense piscine en forme de haricot et son eau bleu turquoise, les palmiers qui l’entourent et de confortables chaises longues installées au soleil, à côté d’un bar à cocktails. Mais le standing haut-de-gamme a un coût, et pour faire de cette vision une réalité, il vous faudra débourser entre 20 000 et 50 000 euros.

  • La piscine en kit : Il s’agit de panneaux préfabriqués en résine ou en acier et qui s’assemblent au fond d’un bassin en béton armé. Un liner PVC assure l’étanchéité. C’est la solution la plus économique pour vous offrir une piscine creusée.
  • La piscine à débordement : L’eau du bassin déborde sur un ou plusieurs côtés et elle est récupérée dans une goulotte. C’est un produit de luxe qui conférera beaucoup de standing à votre extérieur. Vous aimerez aussi le concept du bassin miroir, qui déborde des quatre côtés, formant comme un grand miroir à ciel ouvert.
  • La piscine en coque polyester : Elle a l’avantage d’être particulièrement économique et rapide à installer. Le bassin est en effet livré tout d’une pièce. En revanche, cela ne vous laisse pas la possibilité de personnaliser la longueur ou la profondeur de votre acquisition.
  • Le bassin en béton armé : C’est l’un des procédés les plus chers mais c’est aussi la garantie d’avoir une piscine qui résistera très longtemps dans le temps. Faites ensuite recouvrir le béton de liner ou de carrelage pour un rendu des plus réussis.

Les avantages d’une piscine creusée

Installer une grande piscine enterrée dans votre jardin ajoutera une plus-value certaine à votre maison. Elle bénéficiera non seulement d’un design élégant mais aussi d’une grande longévité et vous pourrez la personnaliser entièrement. Variez les profondeurs pour que chacun y trouve son bonheur : ceux qui aiment patauger, ceux qui aiment plonger, ceux qui aiment nager… Si vous aimez la natation, vous pouvez aussi opter pour une piscine aux dimensions olympiques, avec un couloir de nage. Et pourquoi ne pas faire construire aussi un pool-house, un coffrage autour de la pompe ou un espace barbecue à proximité ? Bienvenue dans votre nouvel espace dédié à de futures soirées d’été  mythiques ! N’oubliez pas de faire installer une lumière au fond : effet garanti à la tombée de la nuit !

Tout de même quelques inconvénients !

Le prix d’une piscine enterrée reste malheureusement un frein pour de nombreux foyers. Mais dites-vous qu’elle nécessite un entretien rigoureux qui demande du temps. Le traitement de l’eau est aussi relativement cher puisqu’il faut compter environ 230 euros par an de produits : chlore, traitement anticalcaire, bandelette PH pour vérifier la qualité de l’eau… Remplir votre piscine revient ensuite à 150 euros la première année, puis à 36 euros les autres années. Enfin, comptez près de 300 euros par an d’électricité pour la pompe, le système de filtration et le robot de piscine nettoyeur, sans oublier le coût des impôts et de l’assurance. C’est également une installation qui nécessite de gros travaux. Creuser les fondations, installer la pompe, les buses de refoulement, les skimmers, le filtre, la lampe, s’occuper du remblai, créer un tour de piscine en pierre ou en bois, demandent les services d’un professionnel bien équipé.

Que dit la loi ?

Vous devez faire une déclaration préalable auprès des services de la mairie dans les cas suivants :

  • Vous voulez construire un local technique ou un pool-house de moins de 20 mètres carrés.
  • Votre piscine semi-enterrée mesure moins de 100 mètres carrés.
  • Si votre piscine est surmontée par un abri, celui-ci ne dépasse pas une hauteur d’1,80 mètre.
  • Les bords de votre piscine semi-enterrée ne dépassent pas 0,60 mètre de haut.

En revanche, il faudra demander un permis de construire si :

  • Vous voulez construire une piscine intérieure.
  • La surface de votre piscine enterrée dépasse les 100 mètres carrés.
  • Votre futur abri de piscine mesure plus de 20 mètres carrés.

Vous n’aurez rien à déclarer si votre local technique fait moins de deux mètres carrés et d’1,80 mètre de hauteur. Pas d’obligation non plus si vous optez pour une piscine gonflable ou un bassin enterré qui fait moins de 10 mètres carrés.

 

Article proposé par Pauline Rosa